Pseudomonas aeruginosa

Introduction

Historique
Pseudomonas aeruginosa (couleur vert-de-gris) ou bacille pyocyanique ("pus bleu") découvert par Gessard en 1882
Agent de surinfection des plaies au cours de la 1ère guerre mondiale
Pathogène humain révélé dans les années 60-70 par le développement de l'hospitalisation et des explorations invasives : exemple-type des bactéries nosocomiales opportunistes
Responsable de nombreuses infections hospitalières (environ 10%, du total, 1er rang des infections pulmonaires)
Problèmes thérapeutiques dus au développement de la résistance

Bactéries apparentées
Autres bactéries de l'environnement opportunistes : Stenotrophomonas maltophilia, Burkholderia cepacia, Pseudomonas putida...


Caractères bactériologiques

Morphologie, culture
- Bacille à Gram négatif, fin, mobile par ciliature polaire, non sporulé (cliché)
- Culture facile sur milieux ordinaires ou sur milieux sélectifs (gélose au cétrimide) ; de 10 à 41°C ; odeur caractéristique d'acacia (o-amino-acétophénone)
- Production de 2 pigments : bleu (pyocyanine) et vert fluorescent (pyoverdine)(cliché)
- Bactérie aérobie stricte (cytochrome oxydase) à métabolisme oxydatif (non fermentant)

Habitat naturel
- Bactérie ubiquitaire de l'environnement humide : sol, lacs, rivières, eaux polluées, piscines, jacuzzis...
Vitalité et résistance importantes dans l'eau y compris l'eau distillée


Pouvoir pathogène

Généralités
- Bactérie opportuniste, peu ou pas virulente chez l'homme sain mais redoutable chez les personnes fragilisées
- Manifestations pathologiques variées : pas de tropisme particulier
- Sujets à risque : âges extrêmes de la vie, affections métaboliques, immunodéprimés (hémopathies malignes, greffés, opérés, cancéreux...), grands brulés, patients intubés-ventilés...

Infections pulmonaires
- Patients de réanimation souvent colonisés par P. aeruginosa au niveau bronchique ; évolution rare mais grave vers une pneumopathie mono ou bilatérale nécrosante et une septicémie avec choc septique (>30% de mortalité)
- Patients atteints de mucoviscidose colonisés à plus de 80% par la bactérie au niveau bronchique ; facteur d'inflammation locale et de détérioration de la fonction pulmonaire

Septicémies
- Diffusion sanguine à partir d'un foyer primitif (poumon, rein, escarre...) ou introduction iatrogène (cathéter, endoscopie, plaie chirurgicale...)
- 5% des septicémies hospitalières, 30-35% de mortalité
- Prévalence plus élevée chez les sidéens

Infections superficielles
- Surinfections de plaies, d'escarres, de brûlures...
- Folliculites et otites externes bénignes après baignade (jacuzzis)
- Conjonctivites et kératites chez les porteurs de lentilles
- Fonte purulente de l'oeil après chirurgie (exceptionnelle)

Infections diverses
- Infections urinaires chez les personnes porteuses d'une sonde


Epidémiologie

Réservoir
- Dans la nature : caractère ubiquitaire
- A l'hôpital :

Contamination
- Multiple et facile (nombreuses sources possibles)
- Directe à partir de l'environnement ou de malade à malade
- Indirecte par le matériel ou les mains du personnel soignant

Modalités épidémiologiques
- Cas sporadiques dans les services hospitaliers
- Pseudo-épidémies dans les services d'hématologie ou de réanimation


Facteurs de virulence

 

Sensibilité aux antibiotiques

Résistance naturelle
- Résistance naturelle élevée car présence (i) d'une membrane externe très peu perméable, (ii) de 5 systèmes d'efflux actif (iii) d'une ß-lactamase d'origine chromosomique
- Antibiotiques antipyocyaniques

Résistance acquise
- Apparition fréquente de mutants résistants chez les malades en cours de traitement (15-30%)
- Apparition de souches multirésistantes lorsque la pression antibiotique est forte et continue (réanimation, mucoviscidose)
- Traitement des infections sévères par des associations  ß-lactamine/aminoside ou ß-lactamine/fluoroquinolone à dose élevée


Prophylaxie

Collective
- Mesures générales d'hygiène hospitalière (lavage des mains...)
- Désinfection des lieux humides à l'eau de javel (lavabos, douches...)
- Suppression des sources potentielles de contamination (systèmes clos de sondage urinaire, interdiction des pots de fleurs et des vases, des légumes et fruits crus, désinfection des endoscopes...)

Individuelle
- Dépistage systématique des patients porteurs de P. aeruginosa à l'admission en réanimation
- Isolement non recommandé (bactérie rarement épidémiogène)
- Vaccin à l'essai chez les patients atteints de mucoviscidose et non encore colonisés par le bacille pyocyanique