Escherichia coli et Entérobactéries


Entérobactéries

Caractères généraux
- Bacilles à Gram-
- Culture facile sur milieux nutritifs usuels (18-24h)
- Aérobies anaérobies facultatifs (AAF), oxydase -
- Non sporulés
- Certaines espèces ou souches sont commensales de l’intestin de l’homme et/ou des animaux
- D’autres espèces ou souches sont des pathogènes vrais de l’homme -> pathologies variées
- Les entérobactéries peuvent être présentes transitoirement dans l’environnement (l’eau)

Structure antigénique
- Nombreux épitopes antigéniques de surface
- AgO : antigène somatique = polysaccharide des LPS
- AgH : antigène flagellaire protéique = chez les espèces mobiles seulement
- Ag K capsulaire (inconstant)
- AgO/H/K définissent des sérotypes au sein de chaque espèce
- Certains sérotypes sont responsables d’infections particulières

 

Escherichia coli

Introduction

- Le “colibacille”
- Découvert par Escherich en 1885
- Commensal de la flore digestive de l’homme
- Pathogène majeur de l’homme !
- Pouvoir pathogène lié à l’acquisition de gènes de virulence étrangers apportés par des plasmides ou des transposons
- Espèce naturellement sensible à de nombreux antibiotiques mais qui devient de plus en plus résistante

Pouvoir pathogène
- Infections digestives

- Infections urinaires

- Septicémies

- Méningites du nouveau-né

- Suppurations diverses

Epidémiologie

- Réservoirs : l’homme et l’animal (?)
- Transmission

Diagnostic direct

- Prélévements

- Culture et identification de l’espèce

- Identification des souches virulentes

Sérologie

- Diagnostic des SHU par titrage des Ac anti-O157 (65% de sensibilité)

Traitement

- Sensibilité naturelle aux antibiotiques

- Développement inquiétant des résistances (voir rubrique antibiogrammes)


Autres entérobactéries

Les pathogènes “occasionnels” : responsables d’infections acquises à l’hôpital, parfois en ville

- Proteus, Morganella, Providencia

- Klebsiella, Serratia, Enterobacter, Citrobacter

Les pathogènes vrais

- Salmonelles, Shigelles, Yersinia