Chlamydia et Mycoplasmes

Chlamydia : généralités

Historique-classification
- Inclusions dans des frottis conjonctivaux de trachomateux (1906)
- Bactéries Gram négatives (LPS) à multiplication intracellulaire obligatoire (1964)
- Responsables de diverses infections selon l'espèce et le sérotype
- C. trachomatis :

- C. pneumoniae : infections respiratoires
- C. psittaci : ornithose-psittacose

 

Chlamydia : caractères bactériologiques

Cycle de multiplication
- Corps élémentaires CE : particules infectieuses (attachement et endocytose) sans activité métabolique
- Corps réticulés CR, intracellulaires, actifs métaboliquement -> C. intermédiaires -> CE (inclusion) libérés par exocytose
- Echappement à la lyse par inhibition de la fusion phago-lysosomale
- Développement in vitro uniquement dans des cultures cellulaires, pas en milieu inerte (gélose, bouillon)

Structure antigénique complexe
- Ag de genre : LPS commun aux 3 espèces, immunogène (diagnostic) et peu toxique
- Ag d’espèce : protéine majeure de membrane externe (MOMP) immunogène (vaccin, diagnostic)

 

Chlamydia : épidémiologie

Infections à C. trachomatis
- L’homme, hôte exclusif
- Tropisme marqué pour les épithéliums génitaux et oculaires
- Transmission par les mains souillées, les mouches (trachome)
- Transmission par voie génitale ou durant l’accouchement (Nné)

Infections à C. pneumoniae
- L’homme, hôte exclusif
- Contamination inter-humaine par voie aérienne (épidémies)
- Prévalence des Ac augmente avec l’âge

Infections à C. psittaci
- L’homme, hôte accidentel (éleveurs d’oiseaux)
- Transmission aérienne (poussières) -> dissémination sanguine

 

Chlamydia : pouvoir pathogène

Infections à C. trachomatis (hors trachome)
- Génitales : MST

- Néonatales : conjonctivite purulente ou pneumopathie
- Maladie de système : Fiessinger-Leroy-Reiter

Infections à C. pneumoniae
- Respiratoires : pharyngite + pneumopathie svt asymptomatique
- Rôle dans l'athérosclérose ?

Infections à C. psittaci
Respiratoires : pneumonie atypique

 

Chlamydia : diagnostic et traitement

Diagnostic au laboratoire
- Diagnostic direct

- Sérologie : micro IFI pour les 3 espèces (référence) ou ELISA (C. trachomatis et C. pneumoniae)

Traitement
- Préventif : dépistage, préservatifs, hygiène (trachome)
- Curatif : S aux macolides, cyclines, FQ (pénétration cellulaire)

Lire le REMIC

Mycoplasmes : généralités

Historique-classification
- Premier isolement en 1898 par Nocard et Roux (PPLO)
- Bactéries sans paroi appelées Mycoplasma (1929)
- Culture de M. pneumoniae sur milieu de Hayflick (1961)
- Classe des Mollicutes

 

Mycoplasmes : caractères bactériologiques

Morphologie-structure
- Les mycoplasmes sont pléiomorphes (pas de forme définie)
- Observables en microscopie à contraste de phase ou électronique
- Membrane avec cholestérol, glycoprotéines (adhésion), glycolipides (parenté Ag avec tissu cérébral)

Croissance et métabolisme
- Bactéries fragiles, exigentes pour leur culture (milieux riches avec extrait de levure, sérum de poulain, NAD...), micro-aérophiles
- Utilisent le glucose (M. pneumoniae), l' arginine (M. hominis), ou l'urée (Ureaplasma urealyticum) comme source d'énergie
- Forment des colonies en “œuf sur le plat”, mûriformes (M. pneumoniae), ou en oursin (U. urealyticum) en 2 j (Mycoplasmes génitaux), 6-20 j (M. pneumoniae)

 

Mycoplasmes : habitat et physiopathologie

Présence dans les tractus respiratoires et génitaux
- M. pneumoniae ne fait pas partie de la flore normale

- M. hominis, U. urealyticum : commensaux des voies génitales

Physiopathologie
-
Adhérence aux épithéliums

- Autres facteurs de virulence

 

Mycoplasmes : pouvoir pathogène

M. pneumoniae
-
Pneumopathies atypiques et trachéo-bronchites (25%)

- Pneumopathies + graves chez le sujet âgé ou immuno-déprimé
- Complications extra-pulmonaires immunologiques :

Mycoplasmes génitaux
- Homme : urétrites subaiguës à U. urealyticum ?
- Femme : cervicites asymptomatiques, vaginites, salpingites, grossesse (prématurité)
- Nné : infections neurologiques (LCR, tissu cérébral) et pulmonaires
- Immunodéprimé : arthrites suppurées (M. hominis)


Mycoplasmes : diagnostic et traitement

Diagnostic au laboratoire
- Prélèvements et culture

- Sérologie

Traitement
- Bactéries R aux bêta-lactamines (absence de paroi)
- Macrolides (+++), tétracyclines

Lire le REMIC